mardi 29 novembre 2016

3ème observatoire de lecture d'albums



3ème observatoire de lecture d’albums

Au cours de cet observatoire, nous avons échangé sur des albums  et nous avons beaucoup parlé de nos diverses expériences de lectures avec des publics du tout-petit au résident de la maison de retraite.  

Les livres qui ont été cités :
« Raconte-nous encore une histoire : Pourquoi lire 80 classiques du Père Castor ? »  Nathalie Beau
Ce guide pratique met en avant 80 classiques du Père Castor parmi les plus célèbres, choisis pour leurs qualités et leur apport positif pour les enfants : Michka, Roule galette, Poule rousse, Le petit bonhomme de pain d’épice, Le chaton désobéissant, La petite poule rouge…in Ricochet
cf le site des Amis du père Castor en Limousin http://www.amisduperecastor.fr

« Mais qui a volé le maillot de bain de la maitresse  en maillot de bain » Carole Chaix Aimery Chemin Après la lune jeunesse
Michèle n’est pas rentrée dans l’histoire, mais après lecture au groupe le livre évoque une vieille chansonnette de cours de récréation  
Haut les mains- Peau d'lapin- Haut les pieds- Peau d'gibier- La maîtresse en maillot d'bain !
La nudité, la perception du corps, la pudeur sont abordées dans cet ouvrage. Le graphisme est étonnant. Les pieds des adultes sont énormes, les enfants tout petit.  D’autres lectrices sont tentées… L’aventure est à poursuivre…
Laure dit la fable de La Fontaine Le loup et le chien sans album.
Les structures de phrases sont difficiles, mais c’est un peu l’exercice du livre de Dedieu «  La tirade du nez ». Il faut un peu d’entrainement  pour articuler correctement. En espace jeunesse dans le fonds conte, de très beaux albums illustrées autour des Fables de la Fontaine peuvent vous aider à faire passer ces textes auprès de vos différents publics.
Si vous souhaitez  lire Le loup et le chien, précipitez- vous chez votre buraliste pour acheter le 1 journal hebdomadaire innovant et atypique, sans publicité, la fable est à l’intérieur. 

Anne-Marie présente « Le bébé et l’agneau » de Gustavo Martin Garzo et Elena Odriozola Syros  livre qu’elle a lu, raconté à des publics de Centre de loisirs, en périscolaire et à l’EHPAD.
Livre qui traite de la parentalité, de la différence, de la relation mère-enfant, de la perte mais au sens de la disparition. Un coup de cœur pour Anne-Marie.
Ce livre est un livre repêché dans le désherbage de la Médiathèque. Dans les bibliothèques, les albums qui sont peu lus sont exclus du fonds et sont donnés à des Centres de Loisirs, des écoles… 

“Baboon” Kate Bankset et Georg Hallensleben  Gallimard livre lu par l’Association du Nord de la France Lis avec moi à des publics de crèche- d’école- de prison- de maison de retraite. Les albums ce n’est pas que pour les enfants. Est-ce qu’on infantilise les adultes quand on leur lit un album ?
Dominique évoque son idée de proposer aux enfants une promenade dans les photographies de Doisneau. 

Annie présente  « Méli-mélo de mots » de Valérie Yagoubi et Agnès Audras au Seuil Jeunesse. Un livre pour respirer entre deux lectures d’histoires, pour jouer avec les mots, pour promener les enfants dans un univers graphique différent. 

Bernadette nous fait la lecture d’ « Itak et la baleine » illustrations Géraldine Kosiak ; conte de Bernard Chèze. Seuil jeunesse. Un livre « kamishibaï », un volet se rabat à l’arrière du livre avec le texte à lire par le lecteur, qui fait défiler une par une les illustrations. La collection s’appelle Petit Conte du tapis, à explorer pour les lectures futures. 

Annick nous présente Poisson chat de Thierry Dedieu au Seuil. Annie l’avait aussi dans ses choix. C’est un livre sans texte pour les tout-petits.  Annick le commente- Annie tourne les pages  simplement et les enfants commentent.  Deux façons de faire, à chaque lecteur de tenter l’expérience et de rapporter au groupe son vécu. 

Bernadette conclut  avec  « Le vélo de Jo » Raphaël Fejtö Ecole des loisirs. Gilles fait un parallèle avec « Alboum » de Christian Bruel aux éditions Etre. Des personnages s’entassent jusqu’à la chute.  

  Remarques diverses
Nous avons tous des réceptions différentes d’un même texte.
Quand on lit, notre visage est un vrai théâtre pour l’enfant.
Pour lire nous avons tous besoin d’une zone de confort avec des livres « familiers ». La notion de prise de risque n’est pas évidente.
Quand on intervient dans le cadre de Lire et Faire Lire, doit-on lire en tenant compte du projet éducatif (quand c’est possible) ou doit-on apporter un grand bol d’air aux enfants en faisant une intervention dénuée de tout ce qui est scolaire ? Les avis sont partagés.  

Les lectrices Lire et Faire Lire ont commencé les lectures après les vacances de Toussaint. Les enfants qui viennent aux lectures sur les temps périscolaires sont parfois en surtension. Chantal s’est essayée à un slam sur les comptines du bord de mer. Stéphane conseille les techniques utilisées par les enseignants : jeu du silence- petite musique. Bernadette chante.

 Annie utilise « C'est un livre » De Lane Smith chez Gallimard « C'est un Livre » répond pour Annie au besoin d'établir un "rituel" d'entrée en lecture, c'est un tout petit peu différent du retour au calme, c'est une porte complice qu'on ouvre ensemble...

Extrait :« – Qu'est–ce que c'est que ça? – C'est un livre.– Comment on fait défiler le texte?
– On ne peut pas. Il faut tourner les pages. C'est un livre.
– On peut s'en servir pour chatter?– Non, c'est un livre.
– Ça envoie des textos? Ça va sur Twitter? Ça marche en wi–fi?
– Non... C'est un livre.»

 Gilles propose d’offrir à tous les bénévoles le livre « Calme et attentif comme une grenouille : la méditation pour les enfants... avec leurs parents / Eline Snel, Christophe André édition Arènes. Un livre qui donne des pistes pour décontracter les enfants avant de passer à la lecture.

Le prochain observatoire est le vendredi 20 janvier 9h30-17h

L’association Lire et Faire Lire invite Christian Bruel. Jean-Pierre Clet président de lire et faire lire et Gilles Moreau seront présents sur cette journée.

Christian Bruel est éditeur (Le sourire qui mord- Editions Etre), écrivain, concepteur d’albums, commissaire d’expositions, auteur d’études critiques, et formateur en littérature de jeunesse (cours, conférences, séminaires).
Les lecteurs et lectrices sont invités à lire Christian Bruel. Les livres sont disponibles à la Médiathèque.
Christian Bruel  considèrent les enfants comme des lecteurs à part entière méritant des points de vue non-altérés sur le monde.       
           
Contenu de son intervention
Perchés sur les épaules des albums
Les albums ne sont pas des miroirs mais des mondes projetés. Tous proposent un point de vue. Et quand l'un d'entre eux avance des idées ou de représentations qui contrarient plus ou moins explicitement telle ou telle conception consensuelle de l'existence (et de l'enfance perçue comme essentiellement homogène et vulnérable), il encourt le risque d'être retranché de l'espace public. La richesse des questionnements, les horizons nouveaux, le travail de la langue, l'entrelacs fécond du texte et des images ne comptent alors pour rien quand le souci d'éviter le trouble et les vagues l'emporte.
D'où certaines frilosités, tant du côté de la production que des diverses médiations.
Lors de cette journée, nous examinerons ensemble quelques lignes de force de la production en mettant en lumière les albums « phares » qui la jalonnent.
On n'est jamais trop petit pour entrer dans un album ni déjà trop grand pour n'en avoir plus besoin. Et pour se raconter un tant soit peu à soi-même, quel que soit son âge, certains albums sont assurément  indispensables. - Christian Bruel -











Aucun commentaire: